5 bonnes raisons de faire du sport en 2018


Janvier : le mois des bonnes résolutions. Et celle qui arrive en tête chez les Français : faire du sport. Voici cinq arguments commencer ou de s’y remettre.

 

L’activité physique contre la dépression

On sait déjà que l’activité physique régulière améliore l’humeur. Mais des chercheurs américains ont montré que l’activité physique pouvait aussi prévenir la dépression. 34 000 volontaires, tous en bonne santé physique et mentale au départ, ont été suivis pendant 11 ans. Au final, les sujets les plus sédentaires avaient 44 % de risques supplémentaires de faire une dépression par rapport à ceux qui pratiquaient une à deux heures d’activité physique par semaine. Les chercheurs ont calculé qu’à partir d’une heure d’activité physique par semaine, on pouvait éviter 12% des dépressions.

 

Mal de dos :  vive l’exercice physique !

Contrairement aux idées reçues, le repos n’est pas le meilleur traitement des lombalgies. L’Assurance Maladie a même lancé à ce sujet, fin 2017, une campagne d’information à destination du grand public. Une reprise précoce des activités de la vie quotidienne assure une meilleure préservation des muscles. Il est également démontré que l’activité physique favorise la guérison : attention cela ne veut pas dire faire du sport, mais bouger pour se rétablir plus rapidement.

 

Du sport contre Parkinson

L’activité physique peut ralentir la progression de la maladie de Parkinson. Mais comment ? Des chercheurs américains viennent d’apporter la réponse. Pratiquer un sport permet d’activer un gène protecteur des cellules cérébrales, gène appelé DJ-1, et d’empêcher l’accumulation anormale de protéines dans le cerveau. Cette accumulation qui, justement, détruit les neurones qui produisent la dopamine, substance indispensable pour réaliser des mouvements de façon volontaire.

 

Bouger 30 minutes par jour réduit la mortalité

Faire le ménage, marcher pour se rendre à son travail, monter les escaliers… Même si ces activités ne sont pas passionnantes, elles aident à prolonger l’espérance de vie ! Une étude menée dans 17 pays montre en effet que 30 minutes d’activité physique quotidienne modérée permettent  de réduire la mortalité et les maladies cardiovasculaires. Les sujets pratiquant ces 30 minutes quotidiennes d’activité physique n’étaient que 3,8 % touchés par les maladies cardiovasculaires contre 5,1 % pour les sujets sédentaires. Le risque de mortalité était de 6,4 % pour les sédentaires contre 4,2 % pour les actifs.

 

Arthrose : lutter contre la sédentarité

Le nombre de patients souffrant d’arthrose du genou a doublé pendant le 20e siècle. Conséquence inévitable de la vieillesse ou de l’allongement de l’espérance de vie?  Pas seulement. Des chercheurs d’Harvard pointent du doigt la sédentarité. Le manque d’exercice entraîne un amincissement des cartilages articulaires qui favorise la survenue de l’arthrose. De plus, les muscles autour des articulations se retrouvent affaiblis par la sédentarité et ne peuvent plus maintenir correctement les cartilages du genou. Pour ces scientifiques, le message à retenir est simple : il faut bouger plus pour limiter l’apparition de cette maladie.

 

Brigitte-Fanny COHEN